Ressusciter un lapin

Bonjour les gens,

Aujourd’hui, je veux vous parler d’une technique pour ressusciter un lapin. Bon, pas un vrai lapin, hein (j’ai pas encore ce pouvoir), mais un Nabaztag:tag, qui était mort depuis de nombreux mois.

Le truc est que normalement il se connecte sur un serveur qui n’existe apparemment plus, son éleveur ayant mis la clé sous la porte (Violet pour ceux que ça intéresse, racheter mar Mindscape qui a commis le Karotz depuis).Donc, avant de me résigner à l’enterrer, j’ai fait ma séance de recherche traditionnelle sur le Net. Et j’ai découvert le projet OpenJabNab, qui a pour objectif de remplacer le sus-mentionné serveur disparu par un nouveau, compatible, auto-hébergé ou non (il existe quelques serveurs disponibles sur Internet, la plupart gratuit). Et vous savez pour en avoir discuté dans quelques divagations passées, que je suis sensible à l’auto-hébergement.

Ni une ni deux, je saisis un de mes oisifs Raspberry Pi, j’installe une Raspbian dessus, je suis une des nombreuses documentations disponibles sur le Net qui explique comment installer OpenJabNab sur Raspberry (y’a pas de paquet tout fait ni chez Debian ni chez Arch).

Après 2/3 bricoles (par exemple, je n’ai pas réussi à faire en sorte que le Nabaztag rejoigne le serveur en le laissant en DHCP, donc il a fallu le reconfigurer avec une IP fixe) qui m’ont faites gaspiller un peu de temps, mon lapin est revenu à la vie, et me donne l’heure quand je lui caresse le haut de la tête. C’est pas mignon ? Bon, en fait, par caresse, j’entends “j’appuie une courte fois sur le bouton en haut de sa tête”. Mais c’est un détail.

De la décision de réaliser au premier cri du lapin ressuscité, il s’est passé environ 5 heures. Il faut environ 45 mn pour compiler l’application sur la Framboise et on peut galérer un peu avec la configuration du lapin. Mais globalement, rien de compliqué pour peu qu’on ait un peu l’habitude de Linux. Il me reste à “industrialiser” tout ça (là c’est encore un peu en mode vite fait mal fait, pas de démarrage automatique au boot de la Framboise en particulier, et p’tet’ faire une ‘tit’ doc, j’hésite), et j’aurai trouvé finalement une utilité à un de mes Raspberry (et au lapin ?).

Je vais pouvoir gaspiller un peu plus de mon temps libre à jouer avec un nouvel animal domestique :-) A voir si le chat va l’accepter…

 

This entry was posted in Debian, Domotique, Général, Linux, RaspBerry Pi and tagged , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Ressusciter un lapin

  1. rokdun says:

    Coucou Ctacat
    LOL le lapin ! Dommage qu’on puisse pas s’en servir comme cible pour jouer à Call of Duty, si tu vois ce que je veux dire ;-)
    Bravo pour cette résurrection réussie !!

Laisser un commentaire